Sbeïtla, Tunisie

Crédit photo : Bernard Gagnon

Sbeïtla est une petite ville du centre de la Tunisie, située à 243 km de Tunis et 215 km de Tozeur et du désert.

Connue pour ses ruines les mieux conservées de la Tunisie antique, elle appartient au Governorat de Kasserine depuis 1956 et regroupe environ 24 500 habitants.

L’économie est principalement basée sur l’artisanat, l’agriculture (surtout la culture de l’olivier) et le tourisme lié au site archéologique.

Sbeïtla organise notamment deux festivals internationaux, le Festival International d’Abadla, depuis 1980, et le Festival International du Printemps de Sbeïtla, depuis 2001, dans le théâtre (festival fondé par le poète et acteur Adrien Helali).

Dans l’Antiquité, Sbeïtla était connue sous le nom de Sufetula ; la ville fut fondée par l’empereur Vespasien à la fin du Ier siècle après JC.

Avec la propagation du christianisme et comme la plupart des grandes cités africaines, Sufetula devient le siège d’un évêché au IIIè siècle après JC.

Les Vandales l’occupent de 439 à 533 après JC avant la reconquête byzantine de l’empereur Justinien à partir de 533.

Au fil des siècles, la ville édifie des fortifications contre les tribus Berbères puis les armées musulmanes venues de la Tripolitaine, au Sud.

L’an 647 voit la victoire décisive des Musulmans sur les Byzantins.

Aujourd’hui, le magnifique site archéologique de Sbeïtla (Sufetula) couvre une vingtaine d’hectares, sur les cinquante que comptait sans doute la ville antique. Le site recèle des trésors tels que les vestiges de trois temples dédiés à la triade Capitoline, des thermes, le forum, une palestre, un théâtre, un amphithéâtre, des édifices politiques (arc de Dioclétien notamment), ainsi que des édifices religieux (basiliques, églises) et des mosaïques. Ce lieu extraordinaire n’a pas encore été entièrement fouillé et on est loin d’avoir découvert tous ses secrets.